Désolé, vous devez activer Javascript pour visiter ce site.

Ministère des Infrastructures, des Transports Terrestres et du Désenclavement

Le vendredi 22 Mai 2020, le projet de loi portant création d’une société nationale dénommée les Chemins de Fer du Sénégal, en abrégé (CFS), a été voté, sans débat, à l’unanimité par l’ensemble des députés présents lors de la séance plénière. C’était sous la Présidence de M. Moustapha Niasse, en présence du Ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, El Hadji Omar Youm, et du secrétaire d’Etat au réseau ferroviaire, M. Mayacine Camara.

Selon le rapport de l’inter commission des lois, de la décentralisation, du travail et des droits humains et celui de l’aménagement du territoire, de l’urbanisme, de l’habitat, des infrastructures et des transports de l’Assemblée nationale, tenue le lundi 18 Mai, la création des Chemins de fer du Sénégal est stratégique. Elle entre dans le cadre de la politique de revitalisation des rails au Sénégal, la lutte contre l’insécurité routière et la dégradation prématurée des routes du Sénégal.

La société aura pour mission d’assurer la gestion du patrimoine ferroviaire de l’Etat du Sénégal, excepté celui du Train express régional (TER) par la réalisation de toutes les opérations se rattachent directement ou indirectement à son objet.

Pour éviter des doublons, cette société de patrimoine va se subroger à l’Agence nationale des Chemins de Fer (ANCF) dans ses droits et obligations découlant des activités qu’elle exerce pour le compte de l’Etat. Tous les agents et biens de l’ANCF seront versés dans la société. Ce n’est pas tout, les actifs de l’ex Régie des Chemins de fer du Sénégal (RCFS) et de la Société Nationale des Chemins de fer du Sénégal (SNCS) seront aussi dévolues aux CFS.

Le personnel et l’actif de Dakar Bamako ferroviaire (DBF) seront versés dans la société CFS, qui sera chargée en conséquence de la liquidation de DBF.

Par ailleurs, avec plus de flexibilité dans sa gestion financière, CFS sera chargée de la recherche de financements pour la reconstruction et la modernisation du patrimoine ferroviaire national. Mais aussi du suivi et du contrôle des conditions d’exploitation des chemins de fer du Sénégal par les sociétés minières et autres. Le Petit train de banlieue (Ptb), quant à lui chargé du transport de passagers, sera redéployé à l’intérieur du pays.