Désolé, vous devez activer Javascript pour visiter ce site.

Ministère des Infrastructures, des Transports Terrestres et du Désenclavement

Le samedi 21 novembre 2020, le Ministre Mansour FAYE a rencontré les acteurs du transport du Sénégal (concessionnaires de véhicules, transporteurs, responsables de sociétés privées, exploitants des auto-écoles, responsables des gares routières, chauffeurs, syndicalistes, associations des usagers de la routes et associations de lutte contre l’insécurité routière).

Dans son propos introductif, tenu devant plus d’une centaine d’acteurs à la salle Ceiba de la Sphère ministérielle 2 de Diamniadio, le ministre a salué et remercié les acteurs pour leur mobilisation. Il a ensuite exprimé sa volonté de s’inscrire dans le cadre des réformes décidées par le Chef de l’Etat pour moderniser les systèmes de transports terrestres au Sénégal. En insistant sur le Fonds de développement des Transports terrestres (Fdtt) et le Conseil national des Transports terrestres (Cntt), tous les deux créés par la loi n° 2020-25 du 03 juillet 2020 portant organisation et orientation des Transports terrestres.

M. FAYE  a ensuite fait savoir aux acteurs son désir de «lutter contre les transports clandestins (War Gaïndé et autres taxis clandos) en les aidant à rentrer dans le système formel, légal ; de limiter les  tracasseries routières par le respect des règlements communautaires tels que préconisés par l’Observatoire des Pratiques anormales (OPA) ; de rajeunir le parc à travers le renouvellement des véhicules de tous les segments de transports (urbain, interurbain, gros porteurs, taxis, etc.) qui aura un impact réel dans la lutte contre l’insécurité routière ; et enfin de rationaliser les organisations patronales et syndicales des transports routiers».

Pour leur part, les acteurs des transports routiers ont saisi l’occasion de ce premier face à face avec leur ministre de tutelle pour formuler, à son endroit, des prières et  pour lui souhaiter la bienvenue. Ils en ont profité pour exposer les problèmes auxquels ils sont confrontés. Les échanges, qui ont duré quatre heures, se sont déroulés dans un climat apaisé, de confiance mutuelle et d’espoir en l’avenir des transports routiers.